Quelques écrits en 2009 et 2010
(liste complète à la page : Ce que j'en pense)

Les textes sur cette page -- Summary of this page :

-- La supercherie du «développement durable»
-- Varia (Le Devoir, Jean Charest)
-- HAÏTI : après le séisme du 12 janvier 2010 il y a bien sûr de l'aide nécessaire pour sortir ces gens du trou. Mais peuvent-ils se sortir du trou même si on finance toute leur reconstruction ? Voir mon texte à HAÏTI, l'éternel quêteux ?. 23 janvier 2010
-- J'ai passé deux semaines à CUBA en décembre 2009. Voici quelques notes avec photos sur cette République de la Solidarité au lien JOURNAL D'UN VOYAGE À CUBA EN DÉCEMBRE 2009. 12 janvier 2010
-- Féminisme, Femmes, Hommes roses et Polytechnique
-- L'État Tout-Puissant et Omniprésent
-- La bureaucratie des armes à feu veut faire de Pierre Lemieux un criminel
-- Relativement au projet de loi C-301 du député Garry Breitkreuz
-- In Defense of Liberty
a short review of a book written by Louis E. Carabini
and published by the Ludwig von Mises Institute
-- Vive l'agriculture, cultivons-nous ! (sur le film Le Tambour, Valerie et Dominique Kim, Pablo de Sarasate Zigeunerweisen)
-- L'Enfer, on y est !
--
Note à tous nos emmerdeurs et emmerdeuses, y compris les partisans du contrôle du climat
-- De nouveau sur la tuerie de Polytechnique en 1989
-- Un troisième traumatisme québécois
-- Pour commémorer l'Holocauste et tous les génocides...
-- Deux traumatismes québécois : 1. La bataille des plaines d'Abraham; 2. La tuerie à l'École polytechnique le 6 décembre 1989
-- Statist Claus is comin' To Town !
-- Des liens sur Gaza et le Hamas, et autres barbares
-- Nos médias nous dispensent de laxatif !
-- OBAMA the SAVIOUR !
-- La Charte du Hamas, nos sympathisants l'ont-ils lue ? Est-ce que tous les Palestiniens sont d'accord avec cette Charte ? Si vous n'êtes pas d'accord, vous devez vous manifester !
-- Des mensonges qui dérangent : les «vérités» de Al Gore
-- Qui dit la vérité au sujet de Gaza ?
-- Les sympathisants du terrorisme veulent la paix !



The Fourth International Conference on Climate Change

The Fourth International Conference on Climate Change was held in Chicago, Illinois on May 16-18, 2010, the first being held in New York in March 2008. This year, it called attention to new scientific research on the causes and consequences of climate change, and to economic analysis of the cost and effectiveness of proposals to reduce greenhouse gas emissions (Source : Heartland Institute). Many PowerPoint presentations are available at the following link from well known scientists : Program. Among others, of special interest there are the presentations of Richard Lindzen and S. Fred Singer, both Ph.D's and experts in climate.



La supercherie du «développement durable»

-- Nous sommes tous pour la vertu, mais quand la vertu est biaisée par de fausses prémisses et une idéologie de coercition et des coûts faramineux il faut mettre les pendules à l'heure. C'est le cas du développement durable, un concept issu de l'écologie mais qui en a faussé le sens. Voici un résumé publié par l'Institut Hayek de l'évolution du concept et de ses ramifications : «Le développement durable: un concept dévoyé qui ne doit plus durer».

-- «Nous nous engageons dans ces changements fondamentaux avec des finances publiques qui sont préoccupantes. La croissance des coûts des services publics est supérieure à la croissance des revenus de l'État. Ce serait contraire à nos intérêts d'exercer une ponction encore plus grande sur les revenus durement gagnés des Québécois qui sont, comme chacun sait, les citoyens les plus taxés du continent» (extrait de «Briller parmi les meilleurs», dans la préface signée par Jean Charest en 2004). Qu'a-t-il fait depuis son élection en avril 2003 ?

-- Or, si son gouvernement mettait la hache dans sa bureaucratie d'idéologues et de pousse-crayons, comme le ministère du Développement durable qui coûte plus de 200 millions l'an, ce serait un pas pour... briller parmi les meilleurs. D'autres boîtes de planificateurs au gouvernement voudraient que les véhicules électriques représentent 25% des ventes au Québec en 2020. Évidemment le budget a été sous-estimé pour mieux nous faire avaler la pilule. Malgré les beaux discours des politiciens, qui ne sont à mon avis que des moulins à... promesses et à dépenses, la machine pousse derrière pour accroître la taille de l'État et son pouvoir sur nos choix individuels.

12 avril 2010

Haut de page--Top of Page




Varia

-- Le quotidien Le Devoir célèbre en 2010 son 100e anniversaire. En page 3 d'un supplément pour l'occasion il est écrit, sans rire, sous la photo : «Hier comme aujourd'hui, Le Devoir ne veut être au service d'aucune idéologie ni d'aucun parti». Pour qui connaît bien Le Devoir, aucune idéologie ? Ce quotidien pue l'étatisme, le socialisme, le contrôle climatique, l'anti-américanisme, etc. !

--Line Gaïa Beauchamp a accouché de son «RÈGLEMENT SUR LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DES VÉHICULES AUTOMOBILES». Ce règlement, dit-on au premier article, a «pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique qui sont susceptibles d’occasionner des perturbations climatiques menaçant la qualité de l’environnement». Plus stupide que ça, tu meurs ! Il n'y a aucun lien démontré entre la révolution industrielle et les changements climatiques. Ces politiciens sont des fumistes qui vont nous coûter cher et dont la seule responsabilité personnelle pour leurs décisions est de perdre leur poste, sans autre responsabilité civile ou criminelle que le coût de leur élection, déjà payée en grande partie par les payeurs de taxes. Le coût de ce règlement du gouvernement Charest va être de 5000$ par véhicule qui dépasse les normes... fixées en grammes d'équivalent CO2. Achetons des voitures usagées ! Si le gouvernement Charest aime tant la Californie et sa situation financière, qu'ils y aillent tous et qu'ils y restent.

-- Aujourd'hui ce 12 janvier 2010, Jean Charest en a profité à Rivière-du-Loup pour réitérer ses convictions de contrôle planétaire du climat. Mais que peut le Québec, et surtout nous les payeurs de taxes, pour financer les aventures californiennes de Jean Charest ? J'espère (!!!) que le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a au moins ri en sourdine car pour financer les aventures de Jean Charest il va falloir son aide (et surtout la nôtre). Comme le Québec quémande continuellement et continue à voter pour le PLQ, le PQ, QS, et l'ADQ... À suivre, car Jean Charest va essayer d'exploiter le nationalisme obtu des Québécois contre le fédéral pour essayer de convaincre Stephen Harper que Jean Charest est le meilleur contre le PQ. Comme les Cubains disent : «tous leurs maux viennent de Washington» ! Au Québec, tous les maux viennent d'Ottawa !

12 janvier 2010

Haut de page--Top of Page



Féminisme, Femmes, Hommes roses et Polytechnique

Le 6 décembre 1989, un détraqué du nom de Marc Lépine (né Gharbi d'un père arabe algérien) tuait 14 jeunes femmes à l'École polytechnique de Montréal (j'ai d'autres textes à : «Notes sur le rapport du coroner relatif aux événements de Polytechnique du 6 décembre 1989», «Deux traumatismes québécois : 1. La bataille des plaines d'Abraham; 2. La tuerie à l'École polytechnique le 6 décembre 1989» , «De nouveau sur la tuerie de Polytechnique en 1989» , «Le rapport du coroner sur l'affaire Dawson» , «La législation sur les armes à feu: inutile, scélérate, inapplicable et coûteuse» , entres autres...).

À chaque année, ces meurtres sont récupérés à des fins politiques par des féministes et des hommes roses pour faire accroire à tous que tous les hommes d'une autre couleur que le rose sont des Marc Lépine en puissance, la violence étant innée chez l'homme non rose, et qu'il faut évidemment les désarmer, les soumettre à des dénonciations sans preuve, à des lois, etc.

Ce féminisme est idéologique et sexiste. Ce n'est plus celui de la revendication du droit de vote, c'est devenu celui d'un mépris envers l'autre sexe dont les féministes et les hommes efféminés ne veulent pas accepter la différence. De la femme-objet, on est passé à l'homme-objet, utile uniquement pour faire les sales jobs et pour donner son sperme en flacons.

Les féministes méprisent aussi la procréation et la famille. L'État prend de plus en plus à sa charge les enfants, comme dans les régimes totalitaires. Les parents disent qu'ils n'ont plus le temps et sont heureux de passer leur responsabilité à l'État, tout en recevant des avantages fiscaux et des subventions pour un certain temps. Des milliards de $ au Québec.

Toutefois, nous ne sommes pas encore dans un régime où l'homme québécois (je le mets entre guillemets...), pauvre descendant des Normands, des Vikings, des Germains, porterait la burka de peur d'exciter les féministes... et de les distraire de leurs objectifs idéologiques. Heureusement aussi que la majorité des femmes au Québec ne sont pas des nouilles, malgré le taux élevé de divorce, le taux bas de mariage, le taux bas de natalité et le montant élevé des stimulants non sexuels..., qu'elles demeurent des vraies femmes, qui croient que l'homme et la femme se complètent sans s'opposer.

Comme dirait l'homme rose Jean Charest, premier ministre du Québec, il faut une seule personne au volant mais à la condition (condition que lui-même ne respecte pas) que tous les passagers soient d'accord pour le voyage.

1er décembre 2009.

Haut de page--Top of Page



L'État Tout-Puissant et Omniprésent

Il y a deux formes d'opposition aux lois, celle des vrais criminels et celle des objecteurs de conscience, laquelle se subdivise selon les moyens : lutte armée, désobéissance civile ou simple contestation. Pierre Lemieux a choisi la désobéissance civile (voir le texte ci-dessous sur «La bureaucratie des armes à feu» et voir mon texte sur la désobéissance civile, écrit en 2003).

La grande majorité des gens sont passifs face aux nombreuses lois votées par ceux qui se disent «nos représentants». Il devient donc facile pour ces représentants de se laver les mains de toutes les intrusions dans la vie privée et contre la liberté individuelle. Nos médias serviles s'insurgent rapidement contre des lois qui resserrent le contrôle des vrais criminels mais rarement contre celles qui augmentent le contrôle de l'État sur nos choix individuels (je mentionne ci-dessous le projet de loi 42 de la ministre Line Beauchamp).

J'ai assisté aux audiences de la Cour du Québec où comparaissait Pierre Lemieux les 26 et 27 mai. Je réserve mes commentaires après le 17 juin, après avoir pris connaissance du jugement (au lien Cour du Québec).

Jeff Snyder, dans un article récent intitulé «Plastic People», décrit ainsi la majorité prête à se faire plumer : «If at no point will you ever openly refuse to comply with their plans when you are ordered to do so; then relax, the state is not coming for you. You are a plastic person, deforming yourself to fit into the shape that the state designs for you. You are no threat and you can be controlled because there is no one there to offer any resistance» («Plastic People», par Jeff Snyder).

Un scientifique que personne ne peut qualifier d'être «un homme de droite» a déjà écrit : «Je pense que le plus grand danger qui nous menace [...] c'est d'être enrégimentés. Par l'effet des découvertes scientifiques, par l'effet des tendances bureaucratiques, le monde risque de se trouver organisé à tel point qu'il ne sera plus drôle du tout de l'habiter» (Bertrand Russell). Nous nous dirigeons graduellement vers une telle société.

31 mai 2009

Haut de page--Top of Page



La bureaucratie des armes à feu veut faire de Pierre Lemieux un criminel

L'économiste et écrivain Pierre Lemieux doit comparaître en Cour du Québec à Mont-Laurier les 26 et 27 mai. En 2007 la police des armes à feu n'a pas renouvelé le permis de Lemieux parce qu'il a refusé de répondre à la question 6 (d) disant : «Au cours des deux dernières années, avec-vous vécu un divorce, une séparation ou une rupture d'une relation importante, ou encore avez-vous perdu votre emploi ou fait faillite?» L'affaire est en soi risible pour la police des armes à feu puisqu'elle s'ingère dans la vie privée et n'est nullement qualifiée pour juger en la matière. Devra-t-on lui déclaré la perte d'un chien qui nous était cher, ou bien la rupture avec une maîtresse? Pierre Lemieux fait l'historique au lien Protection de l'État et il démontre que le contrôle des armes à feu produit des criminels...qui ne le sont pas.

«Nos ancêtres coureurs des bois n’auraient jamais accepté de se faire contrôler comme nous le sommes aujourd’hui. Nous devons retrouver l’esprit d’insoumission et de désobéissance qui les caractérisait. Tous les gouvernements, au niveau fédéral, provincial et municipal, semblent ligués pour détruire nos libertés traditionnelles.» (de Pierre Lemieux, lettre aux villageois de Lac-Saguay, 8 avril 2009).

Le jugement de l'... Honorable Michèle Toupin, émis le 17 juin, est au lien Je n'applique que les lois, qu'elles quelles soient. Le texte en anglais de l'appel préparé par M. Richard Fritze et présenté le même jour est au lien Errements juridiques de l'Honorable Michèle Toupin.

31 mars 2009, modifié le 18 mai, modifié le 18 juillet.

Haut de page--Top of Page



Relativement au projet de loi C-301 du député Garry Breitkreuz

Le Parti conservateur a comme vieux projet d'abolir le registre des armes de chasse. Mais les convictions n'y sont plus, semble-t-il, et il a fallu un projet de loi privé d'un député... Il fallait s'attendre à une levée de boucliers de la part de Jean Charest, de sa police, et de tous les emmerdeurs qui veulent que l'État contrôle tout.

Jusqu'au journaliste de la basse-cour de Kyoto Louis-Gilles Francœur qui, dans Le Devoir du 27 mars, écrit un long texte jésuitique pour justifier le maintien du registre («Touche pas à mon gun... enregistré»). Du Devoir, quotidien de l'hébétude collectiviste, on ne pouvait s'attendre à autre chose de toutes façons.

Mais voici deux réponses que j'ai envoyées au site internet du quotidien :

1. M. Francœur écrit : «Seul le défaut d'enregistrer une arme de chasse devrait être véritablement pénalisé par la loi fédérale car, grâce à cet enregistrement, tout policier peut en quelques minutes obtenir du registre national l'identité de son propriétaire.» C'est faux. Aucun policier ne devrait se fier à quelque registre que ce soit. Il a été démontré qu'il y a beaucoup d'erreurs dans le registre des armes à feu et une arme peut être volée ou prêtée. Se souvenir de la policière Gignac. Il y avait moins de meurtres et de suicides (en %) il y a cinquante ans. Et pourtant, on pouvait voir des armes de chasse sous un lit ou dans un garde-robe... Commencez par bien identifier le problème et la solution sera moins coûteuse ! Un voleur n'ira pas consulter le registre des armes à feu !

2. M. Francœur écrit : «Mais revenons à l'essentiel: à mon avis, tout chasseur a intérêt à enregistrer ses armes de chasse parce qu'en cas de vol, il augmente ses chances de les retrouver si elles refont surface un jour.» Si c'est pour retrouver un article volé alors le même argument pourrait servir pour mettre tous nos biens dans un registre central..., ce qui serait absurde. En pratique, il suffit que vous preniez une photo de vos biens, noter leur numéro de série, leur modèle, etc. et de préférence avoir la facture de l'achat (pour les assurances). Et ensuite, s'il y a vol d'une arme à feu, vous avez probablement noté plus de renseignements que n'en a le registre des armes à feu ! Mais attention : des gens ont été accusés d'une faute d'entreposage après avoir dévoilé à la police le vol d'une arme à feu. Faute d'avoir le voleur, la police accuse la victime !

C'est curieux qu'on n'abolisse pas aussi le registre des armes de poing qui existe depuis 1934 et qui ne sert qu'à mettre dans un carcan administratif les tireurs à la cible pendant que d'autres s'amusent à tirer dans nos rues !

31 mars 2009

P.S. Comment il fallait s'y attendre, le 1er avril, le gouvernement de la valse hésitation a présenté au Sénat un C-301 atrophié renommé S-5 qui reçoit autant d'opposition que le précédent.

Haut de page--Top of Page



In Defense of Liberty
a short review of a book written by Louis E. Carabini and published by the Ludwig von Mises Institute


On March 2, the Obama channel (CNN) quoted an Obama activist comparing Obama to Robin Hood, and capitalism to a system designed to rob the poor. However, it is not only likely but certain that a system of Robin Hoods designed to rob those who own something will end up making most people poorer, for lack of investments, lack of employment, absence of freedom.

We are observing these days the worst theft in history with the trillions of dollars being wasted, trillions that will feed inflation and higher taxes and only benefit the rent seekers and government bureaucrats.

I received a little book (110 pages) titled : «Inclined to Liberty -- the futile attempt to suppress the human spirit», by Mr. Louis E. Carabini (published by the Ludwig von Mises Institute) which he dedicated to me as follows : «Yvon : to the sacrosanctity of life and the joy and benefits of liberty».

The book originated from a discussion at a dinner party at the home of Louis Carabini (living in California), where social planners and would-be regulators complained about inequality and stated that the poor are poor because others are rich. Underlying this statement is that the rich become richer only by exploiting the poor, that there is a finite wealth, that the poor can only become poorer as the rich get richer... This is a notion borrowed from marxism and we know the results of applied marxism.

Even if we discount the tens of millions of deaths caused by collectivism (not counting people who did not die although they lived in misery), we are witnessing these days, right before our eyes, the failures of statism :

--health care has become more and more costly and unavailable;
--public schools are in a mess, and this mess is attributed by socialists to the... free choice being still allowed to private schools; they just want to spread their cancer !
--roads are not even good for horse-riding because horses might break their ankles;
--an avalanche of laws and regulations, never ending, adds excessive costs to do anything; etc.

The common answer from politicians and all defenders of Statism, where people (consumers) are almost denied any free choice, is that they need more funds to cure the problems they have themselves created. The services (plus the redistribution system) that the State has monopolized is a barrel full of holes. This non-market economy cannot reduce its costs in real terms (like we have seen with computers, cars, and so on), per unit of output (assuming consumers would still buy a pair of shoes that only fit one foot, as we have seen in the planned economy of the former Soviet Union). What the State might seem for many to do well is always costly, in terms of dollars and/or freedom.

If it had not been for a struggling capitalist economy, striving among a forced redistribution and decreed choices without competition, the State would have in fact made the poor, poorer, to the benefit not of those who provide capital and employment, but to the benefit of a myriad of government suckers, from politicians, to bureaucrats, to unions, to corporations who lobby for more and more grants.

The above are my own words which I think may summarize Mr. Carabini's book.

In a chapter titled «The False Lure of Democracy», Mr. Carabini begins with a quote from Giordano Bruno, who was tortured and burned by the Inquisition in 1600 : «It is more blessed to be wise in truth in face of opinion than to be wise in opinion in face of truth».

Now I will let the author speak for himself with some quotes from his book, some that I underlined in yellow because I liked them !

--«The royal "we" seems to moralize and justify acts that the "I" would render reprehensible» (p. 12)
--«History is replete with human gullibility; countless rulers have swayed their followers into believing that their economic problems have been caused by someone else's race, ethnicity, religion, or economic status.» (p. 20)
--«Grand profits are the most effective means to lower prices, since they attract investors and entrepreneurs to a business that they would otherwise overlook» (p. 21)
--«People routinely blame their political leaders for not providing them better lifestyles. Many believe that the State can miraculously provide prosperity for everyone simply by creating and distributing wealth.» (p. 25)
--«In a democracy, each of us has a license to prescribe for others how to live their lives; run their businesses; whom they may hire; what wages they may pay; what prices they may charge; what, where, when, and how much they may smoke, drink, and eat; what they may plant; what medecines they may take; what houses they may build and where they may build them [and the list does not end here]» (p. 28)
--«The democratic State simply provides an attractive means for some to acquire the resources produced by others at little or no cost to themselves, while preventing any real recourse for those from whom those resources are taken» (p. 31)
--«If the U.S. government printed and distributed $1 million to every household in the country [...] would we all live better lives ?» (p. 39) A good question. This is exactly what governments are doing right now.
--«Because of the tragedy of the commons, if all the food were to be evenly divided, the amount of food produced would fall to levels where all would go hungry.» (p. 68)
--«One's goods can be transferred to another person voluntarily, as in trade, or involuntarily, as in theft.» (p. 71)
--«With taxation, a society's productivity is diminished by all the benefits that would otherwise have been realized from the productivity of those [enforcing and collecting taxes + those acting as professional tax consultants + the forsaken productivity of those subsidized]» (p. 72)
--«Problems don't disappear in free markets, of course; they simply are resolved or diminished more efficaciously there than in a system that employs coercion.» (p. 97)


Now, the Big Question : What about the Future ?

Communists, and in general all collectivists and social or climate planners proceed from the same : they have the Faith, and they don't mind to impose upon others their choices. In Marxism, historical materialism made the advent of a communist Paradise inevitable. However..., there was the necessary passage through a dictatorship (said of the Proletariat, but in fact of the new ruling class). They did not mind killing all their opponents or shipping them in cattle rail cars to concentration camps. In non-communist democracies, governments are more subtle. They allow you to disagree as long as you obey the laws...

Freedom, it is said, is inevitable because this is a necessity of life. While I agree with the necessity of life, we must however observe that since the beginnings of humanity history is a cavalcade of horrors, murders, torture, atrocities. Despite the many discoveries and the growth of knowledge, the few steps taken to introduce freedom within a system of government (of a minimum government) have been surpassed by greater and greater steps toward the Brave New World that all social planners dream of, using coertion most of the time. Therefore it looks like that if we need to face a climate change, it is as much important to face a change in the climate of politics.

In other words, it is hard to feel free when everything around us makes slaves of us. Although Mr. Carabini has deep thoughts about freedom I have some doubts about the first part of the last sentence in his book : «Liberty is a state of mind». Liberty is not a metaphysical notion. When governments at all levels already control about half of GDP and most of the rest of the economy through laws and regulations, it looks that this liberty becomes more and more a state of mind and less and less an issue for the minds of the statists. Let's make it real.

3 March 2009

Haut de page--Top of Page



Vive l'agriculture, cultivons-nous !
(sur le film Le Tambour, Valerie et Dominique Kim, Pablo de Sarasate Zigeunerweisen, et l'opéra de Johann Strauss 11 Der Zigeunerbaron)


Il y a beaucoup de similitude entre la culture d'un jardin et la culture de l'esprit. Tellement que je crois que l'on ne peut pas faire la dernière culture sans cultiver la première (sauf que si l'on part de la première ça prend plus de temps pour parvenir à la dernière...). Or, comme quoi internet n'est pas que du sexe (en fait qui peut se plaindre du plaisir, sauf les cons ?) je cherchais l'autre jour l'auteur d'une chanson en allemand au film «Die Blechtrommel» (Le Tambour, 1979). La musique du film est de Maurice Jarre mais la chanson, il l'a empruntée sans donné ses sources.

Je croyais que c'était un air de Liszt, de Liebestraum. Après plusieurs recherches, c'est plutôt d'un opéra peu connu de Johann Strauss II, Der Zigeunerbaron (Le baron tsigane). Voir un extrait Wer uns getraut, chanté par Elisabeth Schwarzkopf.

L'actrice dans le film (la mère de la vedette, Oskar), polonaise je crois, qui jouait ou actait cette chanson au piano, avait certaines qualités indéniables... Le film est une satire du totalitarisme et de l'autorité.

De toutes façons, comme on dit, l'occasion fait le larron. Je m'étais lancé sur une fausse piste de recherche qui m'a fait découvrir deux jeunes prodiges de la musique, Valerie et Dominique Kim. Vous trouverez les liens de leurs interprétations sur YouTube à www.youtube.com/user/jungkim2020.

J'ai bien aimé cet air tsigane joué au violon, avec accompagnement au piano de Dominique (11 ans), par la plus jeune Valerie (9 ans) d'une pièce du violoniste et compositeur espagnol Pablo de Sarasate (1844-1908). Au lien Zigeunerweisen-Airs Tsiganes, joué en 2007.

21 février 2009

Haut de page--Top of Page



L'Enfer, on y est !

Il y a bien des choses qui me tracassent dans tous les soi-disant progrès de la Révolution tranquille, où c'est l'État qui décide d'à peu près tout, et graduellement de tout, même de nos relations matrimoniales et du feu qui sort de la cheminée, de ce que l'on peut cacher sous le lit, etc. C'est un nouveau cléricalisme, pour soi-disant défendre ces pauvres qui le sont à cause évidemment des riches, des femmes qui sont maltraitées à cause évidemment des hommes (alors l'État force les hommes à leur donner la moitié, même si la femme peut être la cause du divorce), etc. Quand tout le monde veut être protégé par les politiciens, les fonctionnaires, la police, le résultat c'est que personne n'est protégé en réalité. Le résultat net est négatif, car personne ne s'enrichit par l'intervention de l'État. L'État ne fait que transmettre à la société tout entière son vice fondamental qui est la négation de l'initiative et l'enrichissement des seuls profiteurs du système.

Il y a un certain temps, disons 50 ans, on pouvait aller se confesser et si on mentait il n'y avait que la menace d'aller chez le Diable (et d'y rester bien sûr). Il y avait il va de soi d'autres contrôles dits sociaux (comme aujourd'hui d'une autre manière) pour empêcher que nous allions en Enfer. Tout cela était bien intentionné, pour notre bien. La Hiérarchie pouvait faire en sorte que vous perdiez votre emploi, ou si vous étiez étudiant elle pouvait vous empêcher d'obtenir votre diplôme. J'ai connu des gens mis à la porte d'une école d'enseignement pour avoir mangé de la viande le vendredi.

Mais aujourd'hui, quel progrès y a-t-il ? Avec tous les questionnaires du gouvernement qu'il nous faut remplir de façon coercitive, si on ment on risque la prison ou du moins des amendes. Et des gens ont été ruinés par le confesseur de l'État, de sa police, de ses bureaucrates. Mon ami Pierre Lemieux (voir le lien pour tous les détails de l'affaire) est en attente de procès pour avoir refusé de répondre à une question sur ses antécédents matrimoniaux, dans un questionnaire pour renouveler son permis d'armes à feu. Notre société est-elle devenue dingue ?

Si c'est ça le progrès moi je préfère le Diable (d'autant plus que je ne crois ni au Diable, ni à Dieu). L'Enfer de Lucifer (ou Belzébuth...) ne peut pas être pire que celui que les hommes ont créé.

21 février 2009

Haut de page--Top of Page



Note à tous nos emmerdeurs et emmerdeuses, y compris les partisans du contrôle du climat

Pour notre bien (et surtout le leur), et encore plus si c'est selon la mode du temps pour «sauver la Planète» (en 1930, c'était pour sauver l'Europe des Juifs, et les Japonais criaient «l'Asie aux Asiatiques»), des gens sont prêts à tout. Ceux qui lisent couramment nos quotidiens ou autres médias peuvent entendre ces vipères nous claironner constamment des catastrophes à venir si on n'arrête pas de respirer. En somme les empêcheurs de vivre, si on ne vit pas à leur goût, ont le haut du pavé et nous serions devenus des ennemis, non pas cette fois de la race, mais de l'humanité !

C'est devenu contrôle par-dessus contrôle, un permis par-ci, un permis par-là, il n'est plus permis de vivre sans permis. Tant et si bien que certains écolos veulent l'euthanasie ou du moins la stérilisation (ils devraient défendre leur cause en Asie et en Afrique !). Le CO2 est devenu l'ennemi suprême permettant toutes les prohibitions et tous les moyens. Même nos chemises brunes ou noires de la santé publique n'en finissent plus de pondre rapport après rapport pour condamner le CO2, un gaz nécessaire à la vie.

Tous les politiciens sont devenus des propagandistes du contrôle du climat et des copies de Al Gore à divers degrés alors qu'ils ne savent même pas contrôler ce qu'ils font. Ces Don Quichotte veulent nous vendre des moulins à vent.

Pour passer à autre chose, mais qui est associée, cet hiver des pompiers se sont montrés à mon domicile, avec bien sûr leur carnet pour prendre des notes, pour faire l'inspection des lieux. La municipalité avait demandé notre collaboration. Quand j'ai vu leur note, je me croyais dans le film «The Fifth Element», comme chauffeur de taxi... J'ai fait savoir à ces pompiers qu'il n'y avait pas d'incendie et ils sont repartis. J'en aurai sans doute des rebondissements, car l'État ne cède jamais. Ceci m'avait fait pensé aussi au film de François Truffaut «Farenheit 451», 451°F étant la température à laquelle les livres s'enflamment. Même si les autodafés ont été populaires quand les livres étaient le rare moyen de propager des idées, aujourd'hui c'est à internet que tous les garants de la morale s'en prennent. L'Inquisition moderne (ou les nazis et Talibans du 21e siècle) a compris qu'internet est un danger pour la pensée unique qu'elle veut imposer.

Dans la foulée des divers bonbons proposés pour profiter aux uns, tout en exploitant les autres, des groupes veulent que nous subventionnions leurs sites internet afin d'y accroître le contenu canadien... La télévision selon eux ne serait pas rentable, les journaux non plus, alors ils proposent d'éliminer la concurrence d'internet en créant un fonds à nos frais pour leur permettre (encore un permis !) de profiter d'un internet subventionné et qui évidemment comporterait des contrôles sur l'information. Gageons que le CRTC va acquiescer à leur demande. Après tout, il faut des stimulants !

21 février 2009

Haut de page--Top of Page



De nouveau sur la tuerie de Polytechnique en 1989

J'ai un bon ami qui demeure à Beauport, une ville maintenant fusionnée pour le meilleur ou pour le pire à la grande bureaucratie de Québec, qui me transmet souvent des renseignements utiles. Il m'arrive d'écouter l'émission de ce cher André Arthur qui passe à TQS le midi, mais pas toujours fixé sur la tv et j'avais manqué celle-ci, où André Arthur m'a éclairé un peu plus sur les événements de Polytechnique même si j'en ai fait un résumé du rapport du coroner sur ce site (voir Rapport de la coroner sur Polytechnique ). Comme vous le savez André Arthur a souvent été décrié pour son franc-parler et il n'hésitait pas à dire ses bons mots à qui de droit. Moi, je l'ai rencontré à ses bureaux de député fédéral indépendant à Ottawa et j'ai été reçu comme un roi, en compagnie de deux amis anglophones (M. Gingrich et son amie) et nous n'avons parlé qu'en anglais pour le plaisir de la compréhension mutuelle, sur les armes à feu et les droits de propriété. Et il n'a pas été nécessaire de reconstituer la bataille des Plaines !

À mon grand plaisir, à cette émission diffusée auparavant par TQS (devenu "V") au lien suivant André Arthur-Le Midi-Polytechnique, émission devenue introuvable sur le canal "V" mais que j'ai mise en format flash au lien Arthur et Polytechnique, André Arthur nous informe sur des faits que j'ignorais. J'aurais peut-être quelques commentaires. Comme M. Arthur le dit bien, «si un seul homme», d'accord, mais il n'y a pas que des hommes qui sont inconscients face à un événement tragique et on observe ce phénomène surtout dans les grandes villes anonymes et à la défense des hommes de Poly admettons qu'ils ne connaissaient rien des armes à feu, qu'ils n'ont pas vu comme j'ai pu le constater que lorsque Lépine rechargeait son arme c'était le temps d'agir. Qui est responsable de cette ignorance des armes à feu ? Bon, passons, car il y a autre chose aussi important, sur le 9-1-1.

L'enquête sur les événements de Polytechnique avait été confiée à André Tessier, directeur à l'époque des crimes contre la personne à la Police de Montréal et grand ami de Pierre Leclair, dont une des filles a été tuée. Il y a sept étudiantes qui ont été tuées alors que la police s'apprêtait à entrer sur les lieux mais en ont été empêchés par cette directive du chef Bourget de la police de Montréal obligeant les policiers à attendre l'escouade SWAT d'intervention. A. Arthur nous rappelle aussi que les familles de 13 des 14 étudiantes tuées ont demandé une enquête sur les agissements de la police, mais ceci a été refusé par le Ministre de l'époque, du gouvernement Bourassa. Le père de la 14e étudiante qui n'a pas demandé d'enquête était en charge des relations publiques à la police de Montréal. Son nom de famille : Leclair. Sa fille tuée : Maryse Leclair (la dernière tuée, d'abord blessée d'une balle, ensuite achevée de trois coups de couteau). Son chef, Roland Bourget (celui qui avait émis la directive), est devenu chef de la police de Ste-Foy (sous la mairesse Andrée Boucher). Il a fait venir son associé Pierre Leclair à son service et Leclair a remplacé Bourget quand celui-ci a pris sa retraite.

Il y a quelque chose dans l'intervention de la police à Polytechnique qui me fait penser à Dawson. À Dawson aussi, le 9-1-1 ne savait pas trop quoi faire...

Mais en 1989 j'étais membre depuis plusieurs années du Club de tir de Ste-Foy. Après les meurtres de Polytechnique la mairesse de Ste-Foy a déclaré, toute mère-poule aurait fait de même : «J'aurais été mal à l'aise si j'avais appris que le tireur fou de Montréal s'était aiguisé les réflexes au Club de tir de Ste-Foy». Ignorance des événements, car ledit tireur fou n'est jamais allé à un club de tir et ceci n'est pas obligatoire pour le propriétaire d'une arme de chasse.

À la rescousse de la mairesse Boucher, le médecin Nantel (une chemise noire de la santé publique qui a fait beaucoup de petits aux frais des payeurs de taxes), après des analyses, aurait trouvé trop de plomb dans les fenêtres de l'école qui était au-dessus du sous-sol du club de tir intérieur. Il m'a été dit de source fiable que la teneur en plomb a été saupoudrée pour fausser les analyses. Car le plomb est un métal lourd et ne peut pas monter à un étage supérieur d'autant plus que les portes étaient fermées et qu'il y avait une aération obligatoire vers l'extérieur. La vapeur de plomb se solidifie peu après le tir (cette vapeur est normale après l'explosion de la cartouche). Qui plus est, au champ de tir au nord de Ste-Foy (littéralement à la campagne, vers l'ouest sur le chemin Notre-Dame) j'y ai rencontré après le travail (c'était vers 18:00 et c'était en septembre, donc avant les événements du 6 décembre !) un policier qui avait oublié (contrairement à la règle du club) de fermer la barrière d'entrée. Je l'ai averti qu'il aurait dû fermer la barrière ! Il n'a rien répondu, trop occupé à inspecter les locaux. C'était un jeune baveux, qui voulait sans doute se faire des galons en suivant les directives de son chef. Pendant que je me préparais à tirer à la carabine j'ai pu remarquer qu'il me semblait vider les tiroirs des locaux du champ de tir. Tellement occupé qu'il était, je suis même parti avant lui. Quelques mois plus tard, il n'y avait plus de club de tir de Ste-Foy. La fermeture officielle nous a été annoncée pas un communiqué aux membres, en date du 17 janvier 1990. La mairesse en avait décidé ainsi mais il appert que Polytechnique n'a été qu'un alibi dans sa décision. Du moins c'est la goutte qui a fait déborder son vase. Les chefs policiers, ceux de la tuerie de Poly, avaient eu gain de cause et s'étaient lavé les mains sur le dos des étudiantes assassinées.

9 février 2009

Haut de page--Top of Page



Un troisième traumatisme québécois :

Dans un texte ci-dessous je parlais de deux traumatismes générés par l'État bonbon (ou Nanny State, en anglais) : 1. L'idée que tous nos problèmes viennent de la Conquête ou de la défaite des Plaines d'Abraham; 2. L'idée défendue par les féministes et la plupart des politiciens que les hommes sont pour la plupart des êtres violents et qu'il faut donc les désarmer et en faire des hommes roses et soumis (pinky-dingy), pour éviter il va de soi un autre Polytechnique..., malgré Dawson !

Or, il y a au moins un autre traumatisme, et c'est la croyance que la justice sociale et la justice sont synonymes. La plupart de nos activistes non enregistrés comme lobbies nous traumatisent en nous rendant coupables d'injustice sociale, quand par exemple nous avons besoin d'un 4 roues motrices, quand nous achetons chez Wal Mart ou même allons prendre un hamburger..., quand nous ne payons pas suffisamment d'impôts selon eux, quand nous avons une propriété que les municipalités nous taxent à chaque fois que nous rénovons, en général quand nous faisons le contraire de ce qu'il veulent nous imposer !

Quand j'ai vu dans les journaux et les médias électroniques cette histoire relative à Françoise David, laquelle fait maintenant partie de notre patrimoine national en vertu du Cours d'Éthique et de culture religieuse, je me suis dit que le système d'éducation au Québec nous en passe de bien bonnes et qu'il serait temps que ce fourre-tout et dépotoir de gauchistes mette sur internet tous les manuels scolaires qu'il approuve afin que nous puissions en juger, au lieu de laisser ce jugement à tous les propagandistes qui ont le titre de professeur, mais surtout fidèles à leur syndicat, ou qui sont à l'emploi de la bureaucratie des Commissions scolaires et d'un Ministère noyauté par des manipulateurs de jeunes cerveaux à qui l'on n'enseigne aucunement le sens critique.

Et de un !

Contre un animateur de radio Françoise David a déclaré : «Quand on incite des jeunes à déchirer une page d'un cahier d'éducation, on leur fait un méfait» (c'est dans le quotidien Le Soleil du 31 janvier 2008). Pardon, madame David, c'est ce que vous défendez qui est un méfait pour tous les jeunes. Votre vision est discutable. Quand on vous présente à des jeunes comme étant une championne de la justice sociale il faudrait quand même que les auteurs de ce... cours donne la différence entre «justice» et «justice sociale».

La justice naturelle nous enseigne qu'il ne faut pas voler son prochain. La justice sociale nous impose que l'on peut voler son prochain si ce prochain est plus riche que nous, pourvu que ce soit fait par l'État et que ce soit rendu «légal». Le point de vue que défend Mme David c'est que si quelqu'un est riche c'est nécessairement parce qu'il a exploité les plus pauvres. Avec un tel point de vue que défendait Karl Marx de façon moins simpliste, comment voulez-vous inciter la jeunesse à s'enrichir, à parfaire ses connaissances, ses initiatives ? Non, l'idéologie de Françoise David n'est pas un enseignement pour la jeunesse. C'est de la compote qui sent la moisissure.

Et de deux !

Au moins quand on m'a enseigné (une façon de parler) le Petit Catéchisme, on ne prenait pas ça au sérieux. Mais quelle différence y a-t-il entre vous, madame David, et les évêques qui nous empêchaient de réfléchir ? Nous sommes en présence d'un nouveau cléricalisme, celui de la pensée qui se veut unique (comme dans les questions climatiques) et qui veut nous mettre des oeillères (à l'aide des subventions du gouvernement évidemment !).

5 février 2009

Haut de page--Top of Page



Pour commémorer l'Holocauste et tous les génocides...

J'ai mis en ligne une chanson interprétée par une des divas d'Israël, Chava Alberstein. Le titre : Friling (en Yiddish). Voir au lien Friling (Printemps). Pour le texte du Yiddish en anglais voir Friling.doc (fichier Word). Le texte a été emprunté d'un autre site auquel je réfère, tout en faisant des petites corrections. Il y a un vidéo bien fait sur YouTube au lien http://ca.youtube.com/watch?v=9k7KIUQgPOg, qui vient du site http://www.alvishnev8391.narod.ru/ (en russe et anglais). Alexander Vishnevetsky, l'auteur du site, est un Ph.D en physique et mathématiques et est citoyen d'Israël depuis 2005. Pour plus de renseignements sur le ghetto de Vilnius en Lithuanie, voir le lien (en anglais) http://en.wikipedia.org/wiki/Vilna_Ghetto. La chanson Friling vient du ghetto de Vilna. Les Juifs de Vilna ont été exécutés à Ponar (ou Panary) ou envoyés en Esthonie.

Ponar was the «Site of mass executions in Lithuania, located 6.2 miles from Vilna. From early summer 1941 to July 1944, 70,000-100,000 people were murdered at Ponar; and most were Jews. In 1940 and 1941 the Soviet government dug large pits at Ponar for fuel storage tanks, but they evacuated before they could complete the project. When the Germans occupied Lithuania in mid-1941, they used the pits for the mass murder of Jews from Vilna and the surrounding area, Soviet prisoners of war, and other enemies of the Nazis. Tens of thousands of victims were brought to Ponar, by foot, truck, and train. SS men, German police, and Lithuanian collaborators then shot them to death in the pits. In the early phases of the Ponar exterminations, the victims were buried in the same pits where they had been shot. However, in September 1943, the Nazis began digging up the pits and burning the bodies in order to destroy all evidence of mass murder (see also Aktion 1005). About 80 Jewish prisoners were forced to do the job for them. On April 15, 1944 these prisoners heroically attempted to escape Ponar. Most were killed, but 15 successfully fled to the Partisans in the Rudninkai Forest.» (Source : Yad Vashem School for Holocaust Studies. Voir aussi un texte que j'ai écrit il y a plusieurs années sur le sujet : nit_keyn_mol.html, du nom d'une chanson des partisans juifs.

J'ai retrouvé ce commentaire que je faisais sur un film. «Sophie Scholl: The Final Days», in German with subtitles :

«A good movie but rather soft on the treatment of Sophie Scholl by the Nazis. With her brother and many others, she was arrested on Febr. 19 and executed on Febr. 22, 1943. William L. Shirer, in his book on The Rise and Fall of the Third Reich, writes that "Sophie Scholl was handled so roughly during her interrogation by the Gestapo that she appeared in court with a broken leg. But her spirit was undimmed. To Freisler's savage browbeating she answered calmly, "You know as well as we do that the war is lost. Why are you so cowardly that you won't admit it?" She hobbled on her crutches to the scaffold and died with sublime courage, as did her brother. Professor Huber and several other students were executed a few days later."

«Shirer writes also that the president of the People's Court, Roland Freisler, was a fanatical Bolshevik who became a fanatical Nazi. He studied the "methods" of Andrei Vishinsky as prosecutor of the Moscow trials in the thirties and was the Reich prosecutor during the attempted assassination of Hitler in the summer of 1944. Interestingly, Freisler was killed by an American bomb on the morning of February 3, 1945 while the People's Court was in session.

«Hope we never have to live under such judges here..., but we never know what could happen in a state of crisis. See the book "Becoming Evil--How Ordinary People Commit Genocide and Mass Killing", by James Waller. Waller writes that it could happen anywhere, when certain conditions are met. Waller concludes: "As the tragedy of September 11, 2001, reminded us, it is equally arrogant to believe that we sit anywhere near the beginning of a world in which extraordinary human evil-- resulting either from state-directed terrorism or terrorism from below-- is dissipating. As conventional and unconventional warfare escalate across the world, our hope for an increase in cooperative, caring, nonviolent relations continues to fade away." Sophia Scholl a été décapitée.

Je devrais revenir sur le livre de James Waller qui analyse les principaux génocides et énumère les conditions qui les favorisent, à commencer par le génocide arménien, sans oublier les tueries communistes. Car il n'y a pas que la race et les croyances religieuses, il y a aussi la classe sociale, il y a eu plusieurs régimes de Terreur pour des exécutions systématiques, et les écolos nous mettent devant une autre raison génocidaire : le CO2, avec le mot d'ordre «Sauvons la Planète» !

3 février 2009

Haut de page--Top of Page



Deux traumatismes québécois : 1. La bataille des plaines d'Abraham; 2. La tuerie à l'École polytechnique le 6 décembre 1989
(sans oublier d'autres traumatismes comme par exemple les transferts fédéraux...)


Généralement les Québécois souffrent à des degrés divers de plusieurs psychoses, la principale étant l'impossibilité de régler leurs propres problèmes sans faire appel à l'État et à ses divers niveaux de gouvernement. Il n'est donc pas surprenant que chaque petit événement exploité par les médias laisse des traumatismes. Présentement, les deux principaux sujets discutés par les médias sont la commémoration de la bataille des plaines d'Abraham, en 1759, et la sortie en salle du film «Polytechnique», qui exploite la tuerie du 6 décembre 1989 à l'École polytechnique de Montréal.

Sur la bataille des plaines à Québec, qui a vu la mort de Montcalm et aussi de Wolfe, il faudrait quand même rappeler que ce n'est pas cette défaite qui a scellé le sort de la Nouvelle-France. D'une part, les anglophones de Nouvelle-Angleterre voulaient en finir avec le harcèlement systématique venant de Nouvelle-France, et ils avaient le nombre pour eux; d'autre part, les habitants de la Nouvelle-France vivaient sous un régime rétrograde et étaient abandonnés par la France laquelle, quelques années plus tard, n'a quand même pas hésité à s'endetter pour financer la Révolution américaine.

Si on place les faits dans leur contexte la conquête de la Nouvelle-France était inévitable. Ce qui peut agacer, c'est qu'une telle reconstitution d'une bataille soit subventionnée par Patrimoine Canada !

Nous devrions aussi nous préoccuper du fait que les Québécois qui possèdent des armes à feu sont constamment harcelés par les divers niveaux de gouvernement !

Pour ce qui est du film «Polytechnique» (lui aussi subventionné), un autre problème que j'y vois ce n'est pas que l'on fasse un film sur ces événements tragiques, mais plutôt l'exploitation que l'on peut en faire. Un film qui se veut historique ne présente jamais l'histoire sans la dramatiser, sans exploiter une signification aux événements selon les objectifs du réalisateur. Même les films qui se présentent comme des documentaires sont généralement des navets (Michael Moore est un as du genre). Même les reportages de nos bonzes de l'information présentent un sens tronqué correspondant à leurs points de vue. La liberté de la presse est une illusion quand la majorité des journalistes sont formés pour répéter le même sermon socialiste.

Les gens qui vont voir ce film vont certes (c'est voulu) sortir les larmes aux yeux, mais la question est de savoir si la population, pour un film qui veut exploiter un événement, aura réellement une vision exacte des faits du 6 décembre 1989 ?

Trois choses qui me permettent d'en douter : 1. À chaque année l'anniversaire de Polytechnique a été exploité par les groupes féministes et par les politiciens pour discréditer les hommes en les associant tous à la violence, et pour justifier le contrôle des armes à feu; 2. Aucune mention au film du nom de l'assassin, Marc Lépine, et encore moins de son nom véritable, Gamil Gharbi, et encore moins de ses motifs et de son histoire particulière; 3. Aucune mention dans le film des failles du 9-1-1 (que l'on veut nous imposer comme le système idéal de la protection), la police était totalement déboussolée entrant même dans l'École après le suicide de Gharbi.

J'ai disséqué le rapport de la coroner Teresa Z. Sourour produit le 10 mai 1991 à la page Notes sur le rapport du coroner relatif aux événements de Polytechnique du 6 décembre 1989. Comparez avec le film.

3 février 2009

Haut de page--Top of Page



Statist Claus is comin' To Town !
(en marge du budget fédéral d'aujourd'hui le 27 janvier)


La Fête de Noël est passée depuis un mois mais les gouvernements ont encore cru le besoin aujourd'hui de nous saupoudrer de milliards de $. S'il s'agissait uniquement de baisses d'impôts correspondant à un montant équivalent de coupures dans les dépenses gouvernementales, alors nous pourrions croire que les politiciens ne nous volent pas. Qu'ils fassent ce qu'ils devraient faire : redistribuer en diminuant l'État. Mais les Santa de Big Brother ne sont même pas contents du budget de Jim Flaherty. Ils en veulent plus ! Les libéraux et socialistes ne voulaient pas entendre parler de baisses des impôts. Les bloqués du Bloc revendiquent le bien-être social pour le Québec. Aucun politicien ou même ceux de la pléthore d'économistes patentés en demandent toujours plus. Même un récent prix Nobel aux USA (Paul Krugman) !

Mais qui va payer ? Quand ce sont des cadeaux de Noël on sait qui paie et le papa rembourse en janvier (ou plus tard...), mais c'est lui qui paie; il n'envoie pas la facture aux autres ! Avec le gouvernement ce sont les payeurs de taxes et les consommateurs qui paient, pour des décisions que les payeurs de taxes et les consommateurs n'ont pas prises.

Pour l'occasion, au lieu d'écouter le Discours du budget fédéral j'ai écouté des chants de Noël des Andrews Sisters (un CD intitulé «A Merry Christmas with Bing Crosby & The Andrews Sisters»), en particulier la chanson «Santa Claus Is Comin' To Town»: cette chanson dit «You'd better watch out ! Santa sees where you'r sleeping and when you'r away...» Une chanson enregistrée en 1943 mais toujours d'actualité, n'est-ce pas ? Et les Andrews Sisters avaient une voix formidable.

27 janvier 2009

Haut de page--Top of Page



Des liens sur Gaza et le Hamas

Je sais que nous sommes tous bien informés sur ce qui se passe entre Israël et Gaza, grâce à nos politiciens, dont même un de nos députés est un représentant qui défend le terrorisme (Amir Khadir), un député qui est louangé par tous nos intellos en particulier le quotidien Le Devoir («De bonnes causes à défendre, Amir Khadir n'en manquera pas.» (Le Devoir, éditorial de Descôteaux, 13 janvier).

Mais voici quelques liens que m'a fait parvenir une amie qui demeure non loin de Gaza et qui a vu les roquettes, ensuite les missiles, fuser vers sa région, depuis huit ans.

C'est rêver d'une paix illusoire si les Palestiniens eux-mêmes ne sont pas libres comme individus et préfèrent demeurer sous la férule d'idéologies totalitaires. Comment peut-on espérer la paix avec des gens qui, même à Montréal, brandissent des pancartes affichant une haine féroce ? Comment nos médias peuvent-ils justifier que l'on fasse la paix avec des bandits ? Pourquoi n'y a-t-il eu aucun éditorialiste qui se soit opposé à de tels manifestants ? Pourtant, il y en a plusieurs qui nous auraient sermoné de leur ferveur nationaliste et étatiste si on avait foulé le drapeau du Québec ou montré une pancarte disant «Mort au Québec !».

Mais rien. Le grand silence. Le silence mort, si on dit «Mort aux Juifs !» ou «Mort à Israël !» L'absence de réaction, de réflexion. Tout est bon, pourvu que ce soit inscrit dans un agenda qui n'offusque pas les musulmans, les arabes, ou toutes les minorités qui figurent parmi les victimes présumées d'une histoire choyée par certains intellos gauchistes et crypto-communistes ou islamo-fascistes, ou écolo-marxistes...

Voici certains des liens :


http://www.youtube.com/profile?user=idfnadesk#g/u
et un que j'aime bien (dommage que ce ne soit pas en couleurs, néanmoins faudrait le montrer à nos amis du Bloc Québécois) :
http://ca.youtube.com/watch?v=bHNk6eBw3ME&feature=channel_page
Un autre dans la même veine :
http://ca.youtube.com/user/idfnadesk
Et une entrevue d'un bandit de l'islam avec qui nos médias d'ici collaborent en n'informant pas la population :
Sur les racines nazies de l'Islamisme (historiquement les deux ont été des alliés):
http://ripostenesher.blogspot.com/ : plusieurs liens pertinents.
Sur les enfants soldats de l'islam, contre qui ne s'oppose point aucun sénateur libéral (Roméo Dallaire), un ex-général au Rouanda qui défend le criminel que tous les médias, sauf quelques exceptions, défendent au Canada :
Le vidéo suivant a été retiré sans doute parce qu'il était trop explicite sur l'usage des enfants comme bouclier humain :
Mais pas celui-ci :
http://www.liveleak.com/view?i=b0a_1204980406
Sur l'éducation terroriste (où est Ban Kaboum!, le secrétaire général de l'ONU ?) :
http://ca.youtube.com/watch?v=eTGbP55HGi8.
Où sont nos défenseurs des Droits de l'homme qui protègent les défenseurs du totalitarisme islamique et qui n'hésitent pas à nous poursuivre quand nous attaquons la haine générée par l'Islam ? La Hollande, le pays qui a expulsé la somalienne Ayaan Hirsi Ali, une amie de Theo Van Gogh assassiné lâchement, entreprend maintenant des procédures contre Geert Wilders parce qu'il a comparé l'Islam au Nazisme.

Sur un exemple de tyrannie, voir ce lien sur la lapidation : http://www.iran-resist.org/article1126.html

27 janvier 2009

Haut de page--Top of Page



Nos médias nous dispensent de laxatif !

Depuis l'investiture d'Obama Jr hier (ou de Barack Hussein Obama Jr, qui vient juste d'annoncer ses sympathies pour les bandits de l'islam), les cérémonies se terminant aujourd'hui, finis les spectacles, les chansons hip hop!, finies les poignées de mains, maintenant ce sera l'heure de vérité. Dans mon texte sur les antécédents d'Obama Jr j'ai pu deviner ce qui nous attend. Toute cette propagande est un bel exemple d'illusionnisme. Ce qui est réellement décevant, c'est que tant de gens y croient. Mais il en était de même pour le communisme et le nazisme. La propagande de nos médias s'inspire de la bonne compréhension qu'a eu de la propagande nul autre que le Dr Goebbels. Il suffit de répéter le mensonge, et tout le monde va y croire, disait-il. Le Dr Goebbels est à mon avis le maître à penser de toute la publicité, qu'elle soit électorale, gouvernementale, climatocratique. Lui a compris et l'a admis. Nos culs d'aujourd'hui n'admettront jamais rien et ils ne veulent rien comprendre de toutes façons. Ils sont devenus des collabos de Big Brother.

Il y a une phrase qui a été répétée à satiété par ces médias de nouilles (ici on a Radio-Canada, RDI, LCN, TVA; aux Zétats ils ont CNN et bien d'autres bandits de l'information), et c'est la phrase souvent citée de JF Kennedy. J'en discutais à la page What you can do for yourself il y a près de quatre ans :

«In a speech often cited as an example of the search for the common good (or whatever it means), former president Kennedy said the year he was assassinated, in 1963: «And so, my fellow Americans: ask not what your country can do for you - ask what you can do for your country.»

It is true that what governments give has been taken forcibly to somebody else; too many people think they can get a free lunch from governments and that what they receive does not cost anything (in fact, what they receive always costs a lot more).

However, the second part of the sentence («ask what you can do for your country») can be interpreted in many ways. Governments are usually asking for higher taxes to pay for ever increasing expenses. Instead, JFK should have said, more correctly: «Ask not what your country can do for you but rather what you can do for yourself.»

21 janvier 2009

Haut de page--Top of Page



OBAMA the SAVIOUR !

The medias have kept us for many days on Obama. What will be the return on our investments ? I would guess (but quite certain) that his presidency (half white, half black : don't forget, see below) will be a lot worse than Madoff, because although Madoff could get funds from investors Obama can get funds from taxpayers and consumers through inflation and debt to be paid by future generations. However Obama will never be summonned for having stolen investors or taxpayers or consumers. He will be just an exempt crook from prosecution under democrassy. Like any other politician ! Like we say, Hope for the best but prepare for the worst !

19 janvier 2009

Haut de page--Top of Page



La Charte du Hamas, nos sympathisants l'ont-ils lue ? Est-ce que tous les Palestiniens sont d'accord avec cette Charte ? Si vous n'êtes pas d'accord, vous devez vous manifester !

Le Hamas, dit-on, a été élu démocratiquement. Ceci démontre la goguenardise de ce qu'on appelle la démocratie, défendue à profusion par tous nos intellos débiles. N'importe quel parti peut être élu s'il promet suffisamment. Mais le Hamas n'a jamais présenté à la population de Gaza son réel programme islamiste qui correspond à ce que dit le Coran. C'est réellement l'objectif de tous les musulmans.

Ce ne sont pas les médias d'ici qui vont vous en parler. Ils ont intérêt à mentir. Pourquoi ? Leurs journalistes sont des élèves du collectivisme et de l'étatisme. Ces contrôleurs de l'information sont devenus de véritables vipères semblables aux apparatchiks du communisme et du nazisme. Ce n'est pas une exagération puisqu'ils représentent le même danger collectiviste et totalitaire.

Mais voici un lien la Charte du Hamas et je l'ai mise sur mon site à Hamas=Kaboum! (en format Word, pour que vous puissiez l'imprimer sans trop de poblèmes... car c'est tellement plein de "révélations d'Allah" qu'il ne faut pas en manquer; il faut savoir à qui on a affaire même si nos médias et les gouvernements essaient de nous camoufler les faits !).

C'est formidable qu'Internet nous permette de transmettre des messages qui diffèrent des conneries distribuées par les médias officiels. Ce n'est pas pour rien que l'État veuille de plus en plus contrôler Internet. Ce n'est pas réellement pour le sexe, c'est pour les idées !

Pour revenir à Gaza il est bien évident que je n'aimerais pas être à la place des victimes que l'on dit innocentes, en particulier les enfants. Mais regardez ce que font les Palestiniens avec les enfants; ils les éduquent dans la haine des Juifs et de l'Occident, même sous l'autorité de Abbas (un Palestinien formé en Allemagne de l'Est). Ils servent le terrorisme. Les enfants sont utilisés pour la CAUSE. La vie pour eux n'est qu'un accessoire de Allah.

La majeure partie de la population du Québec est un véritable exemple de manipulation systématique de la part des médias qui font de cette population un esclave de ce qu'ils veulent qu'elle croit. C'est terrible. On n'a jamais vu de telle arnaque depuis Duplessis, dont les moyens étaient surtout la radio et bien sûr les contrats. Mais pensez-vous que nos gouvernements actuels, soutenus par des économistes que je considère comme collabos (des traîtres à l'économie, des bandits intellectuels et politiques, des ignares de la crise financière), ne font pas de tels contrats qu'ils sont en train de générer à profusion ? Non, aujourd'hui, c'est loin d'être un progrès par rapport à Duplessis. Ces gens sont en train de nous démontrer que Duplessis avait raison...

Pour ce qui est de Gaza il y a eu des victimes civiles, et même des enfants. Mais ce que vos médias, Cyberpresse, Le devoir, Radio-Canada, n'ont pas dit, c'est que ces victimes n'ont pas été visées de façon systématique. Israël visait le Hamas. Nos médias dits d'information ont surtout montrés des civils, ou des Hamas qui sont toujours déguisés en civils (j'ai même vu des gens en ambulance qui n'étaient pas du tout blessés !).

Mais c'est différent des bombardements systématiques contre des civils durant la Seconde guerre mondiale, comme par exemple celui de Londres, des nombreuses villes allemandes, de l'extermination systématique de nombreux villages ou populations en raison de leur origine ethnique ou pour d'autres raisons. Les régimes communistes et islamistes ont aussi été le théâtre de nombreux assassinats (des centaines de millions : faites le bilan). Vos médias vous en parlent-ils ? Non, ils sont muets !

À Gaza les civils n'ont pas été visés systématiquement. Au contraire de ce qui précède et même (il faudrait le rappeler) ce massacre de la population civile de Nankin par les Japonais en 1937 (Voir «Le viol de Nankin» un des plus grands massacres du XXe siècle, de Iris Chang, jusqu'à 350 000 civils massacrés et torturés, quoique les auteurs ne s'accordent pas sur le nombre). Les Alliés, durant la Seconde guerre mondiale, ont visé systématiquement les civils des villes allemandes de Cologne, Hambourg, Dresde, Berlin, etc. Les communistes ont achevé la job à Berlin, malgré l'abondon des USA et de l'Angleterre en faveur des communistes de Staline.

Non, à Gaza, au contraire de ce que disent vos médias, Israël ne vise pas les civils qui sont en fait des victimes du Hamas et de l'islam ! Israël a visé les cibles du Hamas, ce que permet aussi la technologie moderne soutenue par l'intelligence sur le terrain. Nos médias ont toujours camouflé les écrans de civils faits par les terroristes. Ils ont même toujours publicisé les attentats terroristes comme étant des actes de libération, même si ces attentats étaient perpétrés par des femmes et des enfants. Ils ont toujours présenté les Palestiniens comme des victimes, alors qu'ils sont pour la plupart des terroristes et des gens qui croient au Coran et qui veulent l'extermination des Juifs et de des Chrétiens, et... des athées.

Il urge que nous sachions vers où on s'en va. Non seulement par rapport au climat (les nouveaux décrets imposés pour réduire le CO2 qui est un gaz nécessaire à la vie) mais aussi par rapport aux autres extrémismes qui se manifestent. Il nous faut des milices populaires pour rétablir le vrai sens de la démocratie, comme en 1776 aux États-Unis. Il nous faut rappeler aux politiciens et à tous les profiteurs de l'étatisme que le DROIT doit être défini par le peuple. Le DROIT découle des individus, pas des emmerdeurs patentés de cette société qui ne permet que ce qui est permis par l'État.

19 janvier 2009

Haut de page--Top of Page



Des mensonges qui dérangent : les «vérités» de Al Gore

Depuis deux décennies environ des illuminés ont créé une nouvelle religion, celle du contrôle du climat. Puisque leur objectif est soi-disant de «sauver la Planète» ils sont prêts à tout pour atteindre leurs fins. À ses extrêmes, cette religion va jusqu'à contester l'existence de l'homme puisque tout nouveau-né va modifier l'équilibre naturel de la théorie Gaia (une théorie partagée par nulle autre que notre ministre québécoise du développement «durable» ! L'homme serait la cause principale du réchauffement planétaire. C'est la principale hypothèse des kyotistes et elle n'a jamais été démontrée par les faits. Toutefois, au nom de cette hypothèse qui devrait selon eux occasionner de nombreuses catastrophes causant des centaines de millions de morts... il nous faudrait éliminer toute production de CO2. Ceci implique l'élimination de toute consommation de carburant à base de carbone, tels le pétrole, le charbon et le bois de chauffage.

Inutile de vous présenter le gouru de la désinformation Al Gore, auteur de «An Inconvenient Truth», et partisan de Barack Hussein Obama Jr à la campagne à la présidence des États-Unis. Les médias continuent de répéter ses sottises et ils y croient dur comme fer, entre autres les... scientifiques du canal TVA qui a annoncé en grande pompe pour ce soir le film de science-fiction (présenté comme un documentaire) «Une vérité qui dérange».

En mars 2008, à l'instar de centaines de personnes dont plusieurs scientifiques j'ai signé la Déclaration de Manhattan dont vous trouverez le texte au lien suivant : Manhattan Declaration on Climate Change : Global warming is not a global crisis. Cette déclaration est issue d'une conférence tenue à New York et organisée par le «Nongovermental International Panel on Climate Change (NIPCC)». Vous pouvez télécharger un document en format PDF au lien suivant : "Nature, Not Human Activity, Rules the Climate".

Une conférence similaire est répétée à New York les 8 à 10 mars cette année ayant pour thème : "Global Warming Crisis: Cancelled" ! Tous les détails relatifs à la conférence sont au site du Heartland Institute. Tant qu'à y être, profitez-en pour consulter les nombreux vidéos et autres documents du site de mes amis The Friends of Science. Il y a aussi une réfutation point par point du film de l'illuminé bien rémunéré Al Gore à Gore Gored. Ce texte a été écrit il y a plus de deux ans et les scientifiques du quotidien Le Devoir, de Radio-Canada et de TVA n'ont pas encore eu le temps de le lire...

Ce qui est réellement catastrophique c'est que non seulement tant de gens croient aux sornettes venant de Al Gore et autres gourous mais que tout l'exercice de propagande climatique et de contrôle du climat (éthanol, voitures hybrides, moulins à vent, panneaux solaires, etc.) se fait à même les impôts que l'on paie et qu'il n'y a aucun doute dans mon esprit que les centaines de milliards dépensés à cette fin, et encore plus à venir !, en particulier en Europe et en Amérique, ont contribué à la crise financière que nous vivons présentement. Ces sommes considérables ont contribué à endetter les gouvernements, à rendre des secteurs industriels non concurrentiels (face à la Chine par exemple) et à accroître les prix pour les consommateurs. Ce qui est à venir est encore plus catastrophique, ce sont les milliards de $, et même les trilliards, pour contrôler le climat en réduisant le CO2, non seulement parce que ce n'est fondé sur aucune preuve scientifique, mais qu'en plus ceci implique une redistribution de revenus envers les pays qui reçoivent déjà énormément de notre aide internationale. Cette redistribution sera administrée par l'ONU (dont la majorité des pays sont des gouvernements débiles) et que l'ONU aura des pouvoirs de taxation (ce avec quoi est d'accord le Messie Obama Jr. et plusieurs autres fantoches de la pensée unique de crétins qui veulent nous imposer leur vérité.

11 janvier 2009

Haut de page--Top of Page



Qui dit la vérité au sujet de Gaza ?

Nos charognards de l'information (dont la plupart sont financés à même nos taxes) et nos pleurnicheurs me tombent sur les nerfs au sujet de Gaza en faisant le jeu du Hamas qui se sert des civils comme bouclier pour sa propagande. Ils cachent à la population le bilan du Hamas depuis 2005, année du retrait d'Israël de la bande de Gaza. Le Hamas a éliminé (physiquement) toute opposition. Les journalistes qui nous montrent des photos de civils ensanglantés ne donnent aucune information sur les opérations du Hamas. Ils sont là, avec l'approbation du Hamas, pour le show ! Comme l'écrit Miguel Garroté dans DRZZ, il y a cinq fronts dont celui-ci :

«Front médiatique - Pour celles et ceux qui souhaitent passer un week-end loin de la propagande médiatique, je sélectionne ci-dessous quelques articles dont je partage les analyses. A propos de l’indécent tintamarre tonitruant des médias au sujet de Gaza, on lira avec intérêt l’article de Freddy Eytan paru aujourd’hui sur Le Cape (jcpa-lecape.org), repris sur desinfos et intitulé : L’image-choc et la supercherie médiatique

Le même article de M.G. donne plusieurs liens qui montrent l'autre côté de la médaille, le côté que nos médias ne nous montreront jamais !

Pour plus de renseignements sur les opérations des forces armées d'Israël à Gaza voir (en anglais) le site Israel Defense Forces.

Quant à l'ONU, la majorité des États membres sont des dictatures et des déchets de l'humanité dont l'objectif est d'affaiblir et de ruiner l'Occident.

9 janvier 2009

Haut de page--Top of Page



Les sympathisants du terrorisme veulent la paix !

Il est symptomatique d'une pensée servile et de tendance totalitaire que la plupart des politiciens et des médias exigent un cessez-le-feu immédiat de la part d'Israël à Gaza. Quelle hypocrisie ! Et avant qu'Israël décide de se défendre, que faisaient-ils contre les roquettes filant vers Israël (environ 6 500 depuis trois ans) ? C'était le grand silence. Et encore plus du côté des manifestants. On ne voyait pas de musulmans à Montréal manifester contre le Hamas... Pas de Khadir... Il est vrai que ces roquettes, de plus en plus perfectionnées, ne faisaient pas tellement de victimes car elles n'ont pas, pour l'instant, de navigateur pour les diriger sur une cible précise.

Mais on ne voyait pas de manifestants ni de politiciens faisant une ronde diplomatique (comme le Sarkophage actuel de la France) demander que cesse le terrorisme du Hamas. On ne voyait pas de pays arabes demander une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU ! C'était un silence de mort.

Pas surprenant, maintenant que le Hamas est attaqué sur son terrain, que ces muets politiques demandent la paix. Il est de propagande notoire de la part des mouvements terroristes et dits de libération de faire appel aux médias pour montrer des civils tués ou blessés. Et ces médias sont complaisants. Certains parlent de crimes de guerre, d'holocauste, de génocide, et le tout chapeauté par des slogans tel «Mort à Israël». Que dirait-on si j'écrivais «Mort à l'Iran» ? Il y a même des victimes collatérales ou accidentelles chez les Israéliens, comme ces trois soldats dont un médecin tué par le tir d'un blindé.

Il y aurait moins de civils tués si le Hamas ne prenait pas cette population en otage car elle a été avertie par l'armée israélienne (IDF : Israeli Defence Forces) de se tenir loin du Hamas au cours de cette opération de ramasse le Hamas, communément appelée Plomb Durci. Ce n'est pas la même situation que lorsque l'Occident antisémite a bombardé les villes allemandes, Cologne, Hambourg, Dresde, Berlin, etc., durant la seconde guerre mondiale.

Rien ne permet de croire que ceux qui veulent la destruction d'Israël mettront bas les armes s'il y avait un cessez-le-feu permettant au Hamas de se réarmer.

6 janvier 2009

Haut de page--Top of Page


Retour à la page d'accueil -- Back to HOME PAGE)
Retour au sommaire «Ce que j'en pense» -- Complete List of articles on this Site